Calendrier

« Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Thinredline

ThinredlineElucubrations creuses d'un étudiant en droit administratif (mais pas que ça, des fois je dis des trucs intéressants. Ou pas)

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Zéro pointé.

Par Thinredline :: 18/06/2008 à 13:55
Les deux chaînes d'info principales de la TNT (BFMtv et iTélé) sont monopolisées depuis une bonne demie heure par la retransmission en direct de la conférence de presse de l'entraîneur de l'équipe de France qui, semble t-il, a perdu un match important hier. Enfin, il me semble, je n'ai pas suivi toute l'affaire. Suite à cette défaite, donc, on demande des explications à cet homme, et ça devient une affaire d'Etat. Un journaliste posait même une question sur l'exposition de l'hotel de l'équipe. Bientôt on accusera l'entraîneur d'avoir perdu le match parce que nos pauvres footeux n'avaient de PQ de marque. Deux chaînes d'infos nationales qui tournent en boucle sur l'élimination d'une compétition de foot toute une matinée... Deux buts et c'en devient une affaire d'Etat, la populasse demande des têtes et les français sont dégoûtés, ils en oublieraient presque le prix de l'essence. Pire encore, ceux qui placent leur patriotisme dans onze branleurs en survête "on a bien joué mais qu'on a pas bien su gérer la fin sur le collectif de l'équipe qu'il était pas au top mais on fera plus mieux la prochaine fois". Amen. Les journalistes savent préserver leur hiérarchie douteuse de l'information en ouvrant le JT sur un sujet de 10 minutes montrant 23 jeunes de banlieue encapuchonnés en train de visiter un zoo en Suisse. On penserait à une initiative du conseil général de Seine Saint Denis pour offrir des vacances à des jeunes issus de quartiers défavorisés, mais non, c'est l'équipe de France de football qui se prépare à une rencontre décisive. Suit l'interview du cuistot du restaurant. Nous voilà rassurés, ils ont mangé des tartines de nutella ce matin nos footeux. Voilà de quoi tenir mon pays en haleine pendant tout une journée. Au passage, c'était aussi une journée d'action nationale pour la sauvegarde des 35 heures, la présentation de notre nouvelle politique de défense, et aujourd'hui on comémore l'appel du 18 Juin qui cette année fait autant de bruit dans les médias que le débarquement passé allègrement à la trappe le 6 Juin. Qu'on nous bourre le mou avec, non, y'en a marre, mais une phrase en fin de JT, c'eût été bien venu, au moins pour nos morts. A défaut de pain hors de prix, on sait encore donner des jeux au peuple, leur effet débilisant produisant son plein effet sur une génération analphabète elevée à la trash TV. [tout ça pour dire que j'aime pas le foute en fait].

Enfin, cette élimination prématurée de l'équipe de France permettra aux lycéens de bosser pour leur bac. Parceque si on oublie le débarquement, le bac, lui on ne l'oublie pas. Entre Kevin qui est très sérieux et prend des cours de soutient parcequ'il est nul en maths, Deborah qui passe ses matières à l'oral en STG et Pascal le prof qui a plein de copies à corriger, la France est très au fait de comment marche le bac. C'est aussi le moment pour de nombreux pédagogues de toutes obédiences nous dire que le bac est un rite initiatique [dans certaines civilisation on recours à la torture pour que les jeunes hommes deviennt de vrais hommes, alors un exam, pourquoi pas], d'autres de dire que c'est injuste et dépassé et militer pour le contrôle continu, ou encore certains rappeller que ça ne sert à rien, l'Education Nationale donnant des consignes de clémence aux correcteurs pour atteindre les sacro saints 80% de réussite. Un ministre (et de gauche) en son temps voulu lutter contre le chômage et l'exclusion en donnant le bac à tout le monde, il n'a surement pas pensé que de ce fait le diplôme ne vaudrait plus rien et que les hordes de débiles à qui on aurait donné le bac ne seraient pas foutus de suivre des études supérieures, et se retrouveraient donc au chômage après avoir surchargé les amphithéâtres. Quand on dit qu'il n'y a que 25% de réussite en fin de première année à la fac, croyez nous. En première année de droit j'ai vu des étudiants abandonner la fac parce que les cours étaient trop compliqués, pas dans le fond, mais juste les mots utilisés, autant de mots de plus de 3 syllabes en une seule phrase personne n'avait jamais entendu ça auparavant. Heureusement, s'ils ne seront pas avocats, ils pourront devenir footballeurs. Ou supporters. Pas besoin de fonctions encéphaliques complexes pour taper dans un ballon ou gueuler devant sa télé avant d'aller klaxonner dehors parceque "on" a gagné, à 11 neuneus et 3 millions de beaufs au bide kronembourg.

Et pour ceux qui ne désirent pas devenir footballeurs, il y a les partiels. Le japonais est la seule langue dans la quelle il existe un mot pour désigner la mort par excès de travail. Ce mot devrait exister aussi chez les juristes. Après deux semaines passées au fond d'une caverne pour apprendre des montagnes de jurisprudence et de règles au fonctionnement complètement abscons il est temps de prouver qu'on a pas passé trois ans en licence pour rien. Le plus fun dans les oraux ce sont les couloirs des salles d'exam, pour aller s'inscrire sur la liste de passage il faut bien faire attention à ne pas marcher sur les étudiants qui révisent jusqu'à la dernière minute et les filles qui se roulent par terre en larmes parcequ'elles ont "tout raté"... On aurait presque envie de leur marcher dessus pour les achever avec délectation.

Il y en a un autre qui devrait se mettre au football pour se recycler, c'est Night M Shyamalan. Réalisateur brillantissime de 6ème sens et du Village, son dernier film laisse un peu... dubitatif quant à la capacité de l'homme à se renouveller dans le talent. Disons le tout de suite, Phénomènes, puisque c'est le titre de son dernier film, fait plus penser à un mauvais téléfilm des années 80 du style "l'attaque des abeilles tueuses" dont m6 nous gratifie règulièrement. Pourtant, l'idée à la base du film est proprement géniale, et, bien menée, elle aurait pu aboutir à un film vraiment terrifiant à ne plus oser sortir de chez soi. En lieu et place de celà, il nous sort uin thriller SF écolo poussif et plein de longueurs. En plus, c'est mal joué. Le casting est pourtant pas mauvais mais les acteurs d'habitude talentueux sont complètement amorphes, le tout sur fond de love story assez minable (un couple en difficulté parceque madame a mangé un tiramisu avec son collègue de bureau sans même coucher avec). Le message ultra moralisateur aurait pu découler du scénario lui même, mais non, il faut qu'on nous l'assène encore et encore. Je pense ne rien révéler en parlant de cette scène qui aurait pu suffir à faire passer le message : ils s'enfuient et passent devant une pub pour une maison témoin style "maison de vos rêves", le slogan de la pub est "you deserve it!" ("vous l'avez bien mérité!"). Détail à peine perceptible mais qui donne le fond du message. En étant moins sévère : c'est pas SI mauvais que ça, on peut aller le voire, mais venant de Shyamalan c'est terriblement décevant... L'idée mériterait d'être reprise et mieux exploitée dans un remake, parceque là, on reste vraiment sur notre faim. Si vous l'avez vu vous aussi, laissez vos impressions ça m'intéresse!

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://thinredline.zeblog.com/trackback.php?e_id=334492

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Ze cruel world of the fac de droit - Blog créé avec ZeBlog