Calendrier

« Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Thinredline

ThinredlineElucubrations creuses d'un étudiant en droit administratif (mais pas que ça, des fois je dis des trucs intéressants. Ou pas)

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Revue d'actu

Par Thinredline :: 21/07/2008 à 18:56
* Jack Lang doit être voué aux gémonies infernales. Le projet de réforme des institutions est adopté à une voix près, j'ai décidé que c'est la sienne. On a fait beaucoup de foin autour de cette réforme, il y a du bien (le référendum d'initiative populaire, l'exception d'inconstitutionnalité), du foutage de gueule (tout ce qui relève normalement du règlement intérieur des Assemblées), et du grand n'importe quoi.

Le grand n'importe quoi c'est que sous couvert d'un texte qui voulait équilibrer les pouvoirs la Constitution s'enfonce un peu plus dans le présidentialisme. Le Président peut s'adresser au Congrès sans aucune contrepartie, et surtout pas une once de responsabilité. Mais il garde son pouvoir de dissolution de l'Assemblée Nationale. Le Premier ministre devient de facto inutile, et le Président peut disposer à sa guise des ministres qui une fois renvoyés retrouvent automatiquement leur siège dans leur assemblée d'origine. Nicolas en rêvait, Jack Lang l'a consacrée : l'hyperprésidence de la V ème République. Petit rappel, à la base notre régime est parlementaire. Oui madame. Mais bon, on a bricolé, une première fois en 1962 en décidant que le Président serait élu au suffrage universel direct, et ensuite avec le quinquennat et l'inversion de calendrier électoral. Forcément, le Parlement ne pèse plus grand chose, et devient une chambre d'enregistrement, la cohabitation étant rendue impossible le fait majoritaire permanent donne les pleins pouvoirs au Président seul. Florian avait évoqué une "vision réaliste du rôle du parlement" en Droit International quand j'avais sous entendu au prof qu'il ne servait pas à grand chose. On est en plein dedans. Ce que cette réforme apporte entre quelques bricolages et rustines, miettes laissées gracieusement à l'opposition c'est la déresponsabilisation générale de la vie politique française. Un président qui ne répond de rien à personne, un premier ministre inutile, des ministres inutiles et un parlement tout aussi inutile. A t-on déjà vu une majorité refuser un projet de loi ? Que le texte adopté présente des avancées, il serait de mauvaise foi de le nier. Est-ce une bonne raison pour l'adopter ? Non, définitivement non. Le principe de base du droit constitutionnel (et du bon sens mais ceci est rarement enseigné des les facultés de droit) est l'équilibre des pouvoirs et donc la contrepartie des prérogatives de chacun. Le discours de politique générale du Président adressé au congrès serait un peu l'acclamation faite aux rois mérovingiens, la majorité applaudi notant dans leur filofax ce qu'ils auront à voter dans l'année et le président ne se verrait pas placé en difficulté devant l'échec cuisant de ses engagements. Donc nous voilà face à un discours de politique générale qui n'engage à rien et donc un chef de l'exécutif qui ne s'engage à rien.

Aux Etats Unis, puisque c'est ce qui semble inspirer notre cher président, les parlementaires sont élus à mi mandat présidentiel. Ca c'est de l'équilibre des pouvoirs.

* Autre affaire qui fait parler d'elle, l'Affaire Siné. Ou plutôt Dreyfus bis, au moins. L'impétueux chroniqueur de Charlie Hebdo soulignait la conversion au judaïsme de Jean Sarkozy par pur opportunisme (avant ses fiançailles avec le fille du PDG de Darty). Relever l'opportunisme des membres de la famille Sarkozy, jusqu'à preuve du contraire, n'est pas de l'antisémitisme. Mais le mot est lâché "juive", "judaïsme". C'est comme dire "Arabe" ou "Noir", ça fait de vous un sale raciste. Ma grand mère est juive. Me voilà antisémite... Ah non, étant moi même en partie juif j'ai le droit d'utiliser ce mot, mais pas vous. Toujours est-il que BHL, dans les colonnes du Monde écrit : "Voilà un humoriste - Siné - qui donne à son journal une chronique où il dit, en substance, que la conversion au judaïsme est, dans la France de Sarkozy, un moyen de réussite sociale." Ce n'est pas ce qu'a dit Siné, heureusement que Charlie Hebdo n'a pas publié une chronique antisémite, parceque dans un canard, même dirigés par Phlippe Val, les articles sont lus avant d'être publiés. Question de responsabilité légale. Ceux qui demandent la démission de Siné aujourd'hui ont donc eu le papier entre les mains avant sa publication. En tout cas si cette rédaction fonctionne normalement. Ou alors Philippe Val est un rédacteur en chef qui publie des articles sans les lire, donc c'est de sa responsabilité (morale, la responsabilité légale va au directeur de publication) si des conneries sortent dans son journal. Alors oui monsieur BHL, l'Affaire Siné est transformés honteusement en affaire Philippe Val et la blogosphère est profondément antisémite. Ou alors moins prompte que vous à voir de l'antisémisme là où il n'y en a manifestement pas. Solution ? Interdire le mot "Juif" dans les médias. Interdire au passage toute critique d'Israël ou plutôt de sa politique (pudiquement appellé "Etat Hébreu" par nos média alors que la Constitution d'Israël le définit comme un "état Juif". La Constitution d'Israël est donc antisémite ? Voyez que tout ceci n'est pas sérieux).

BHL écrit encore :
"Un tout dernier mot. Il faudrait, ânonne l'opinion, veiller à ne pas tomber dans le conformisme d'un politiquement correct, voire d'une police de la pensée et du rire, dont le seul effet sera d'empêcher les humoristes d'exercer leur libre droit de se moquer de tout et de tous. Soit. Sauf que, là aussi, il faut s'entendre. Et oser, surtout, poser la question. Et si "politiquement correct" était aussi le prédicat d'un discours et, en la circonstance, d'un humour qui s'interdirait le racisme, l'antisémitisme, l'appel au meurtre ?"
 "Et si cette volonté de rire de tout et de tous, tranquillement, sans entrave, exprimait juste la nostalgie du bon temps de la blague à l'ancienne, bien grasse, bien salace, quand personne ne venait vous chercher noise si l'envie vous prenait de vous lâcher contre les "ratons", les "youpins", les "pédés", les femmes ?"
Qui aurait osé dans les années 80 s'attaquer à un homme comme Coluche? Et pourtant Dieu sait qu'il s'est lâché sur les Arabes et les Juifs. Claude Askolovitch du Nouvel Obs explique que si Siné n'a pas encore été viré de Charlie Hebdo c'est parcequ'il est de la vieille gauche obtue, à BHL d'ajouter qu'il ne faut pas excuser Siné avec ses tendances anar. On le sait tous, Siné n'est PAS antisémite, pas plus que ses propos. Alors pourquoi villipender cet humoriste ainsi ? Ses propos ont du déplaire au clan Sarkozy, et certains journalistes ont étés virés pour moins que ça. BHL et Val crient à la pranoïa en choeur. Desproges a aujourd'hui plus que jamais raison : on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui. Surtout pas avec les philosophes de plateaux télé. Que devient le Charlie Hebdo qui avait publié en une un Mahomet qui déplorait "c'est dur d'être aimé par des cons" ?

Quoi qu'il en soit, si j'étais Juif, ça m'emmerderai de voir un petit con comme Jean Sarkozy se convertir pour se taper la fille du PDG de Darty...


EDIT : la dernière zone de Siné, uploadée par tous les blogueurs BD et assimilés (ici Laurel, oui j'ai honte)

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://thinredline.zeblog.com/trackback.php?e_id=342692

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Ze cruel world of the fac de droit - Blog créé avec ZeBlog